Gérer sa respiration: A chaque situation sa technique

  • Gérer son stress  

La respiration ventrale est idéale. Inspirez par le nez en gonflant le ventre. Thorax neutre. Expirez en laissant revenir le ventre. Répétez 4 fois. Faites une pause. Inspirez en gonflant le ventre sur 3 temps, expirez par la bouche en comptant 6 temps. Sur l’expiration, se concentrer sur le mouvement du ventre qui va chercher la colonne vertébrale. Répétez 4 fois.

  • Doper son énergie  

Compétitions, examens. La respiration rénale stimule la vigilance. Assis sur une chaise, penchez-vous en avant, le front sur la table, placez les mains au niveau des lombaires. Serrez les abdos. Inspirez en gonflant les reins sous les mains en contractant vos abdos sans gonfler le ventre. Imaginez que vous faites craquer une ceinture trop serrée en dilatant toute la taille. Expirez. Les mains retrouvent leur position initiale.

  • Booster sa créativité

Avec la respiration du petit chien, idéale pour stimuler le cerveau. En position assise, dos droit, renversez la tête en arrière sans forcer et fixez un point au plafond tout en vous concentrant sur le sommet de la tête. A la manière d’un petit chien, pratiquez 10 petites respirations nasales, brèves et régulières, souples et rapides. Inspirez pour finir sur huit secondes toujours tête renversée en arrière. Puis retenez votre souffle poumons pleins pendant quatre secondes. Expirez sur huit secondes en ramenant la tête dans son axe. Récupérez !

  • Chasser la déprime

Debout, bras le long du corps, poings serrés, dos droit. Inspirez de cinq à six secondes puis tenir l’arrêt poumons pleins (cinq à dix secondes sans forcer) en gonflant les joues et poussant l’air vers les oreilles, tête baissée. Secouer vivement les épaules en dirigeant votre attention sur le relâchement de la nuque et le mouvement vif ferme et souple des épaules. Expirez par le nez dès que le besoin s’en fait sentir, en dégonflant lentement les joues, relâchez les épaules et redressez la tête (huit secondes).

Publicités